Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Après la crise, Angela Merkel à Athènes

La chancelière Angela Merkel a rencontré hier à Athènes le Premier ministre grec, Alexis Tsipras. C’est sa première visite en Grèce depuis 2014.

La chancelière Angela Merkel a rencontré hier à Athènes le Premier ministre grec, Alexis Tsipras. C’est sa première visite en Grèce depuis 2014., © dpa/pa

11.01.2019 - Article

La chancelière allemande s’est rendue à Athènes jeudi et vendredi pour la première fois depuis 2014. L’occasion de saluer les efforts entrepris pour surmonter la crise de la dette et d’approfondir le partenariat germano-grec.

Elle n’était plus venue en Grèce depuis cinq ans. Jeudi et vendredi, la chancelière Angela Merkel a rencontré à Athènes le Premier ministre grec, Alexis Tsipras et le président, Prokopis Pavlopoulos. « C’est dans une toute autre que Grèce que vous venez. Une Grèce en croissance », lui a dit Alexis Tsipras dont le pays est sorti du dernier programme de sauvetage financier européen en août dernier. La chancelière a salué le résultat des efforts douloureux consentis par le peuple grec et exprimé sa confiance pour l’avenir.

À Athènes, Angela Merkel a débattu de l’avenir de Europe avec des étudiants et elle est allée à la rencontre des élèves de l’École allemande (photo).
À Athènes, Angela Merkel a débattu de l’avenir de Europe avec des étudiants et elle est allée à la rencontre des élèves de l’École allemande (photo). Elle a par ailleurs rencontré le président, grec, Prokopis Pavlopoulos, le chef de l’opposition, Kyriakos Mitsotakis, ainsi que des artistes, personnalités scientifiques et intellectuels.© Dpa/pa

« Je sais que le peuple grec a traversé une période très, très difficile », a-t-elle souligné. La Grèce a reçu le soutien de l’Allemagne et des autres pays européens pour affronter la crise de la dette. Mais elle a aussi dû mettre en œuvre d’importantes réformes structurelles et sa population a dû consentir des sacrifices très concrets. « C’est pourquoi je me réjouis de constater que la situation a changé et que le chômage a diminué », a-t-elle dit. « Bien entendu, ce n’est pas la fin des réformes. […] C’est une bonne chose que le chômage baisse, mais le chômage des jeunes, notamment, est encore beaucoup, beaucoup trop élevé ».

Angela Merkel s’est montrée confiante quant à la capacité de la Grèce à retourner sur les marchés financiers pour financer sa dette. Elle a également assuré le pays qu’il pourrait continuer de « compter sur le partenariat et l’amitié de l’Allemagne » à l’avenir. Par exemple, « nous veillerons toujours à ce que nos projets bilatéraux ouvrent des emplois et des perspectives pour les jeunes », a-t-elle dit.

Avec M. Tsipras, Angela Merkel a également évoqué la crise migratoire. Mais elle ne s’est pas contentée de rencontrer des dirigeants politiques. Elle est allée à la rencontre des élèves grecs et allemands de l’École allemande d’Athènes, et elle a discuté avec des acteurs de la société civile, artistes, personnalités scientifiques et intellectuels.

A.L.

Plus d’informations :

Déclaration à la presse de la chancelière Angela Merkel lors de sa rencontre avec le Premier ministre grec, Alexis Tsipras (en allemand)
Déclaration à la presse de la chancelière Angela Merkel lors de sa rencontre avec le président grec, Prokopis Pavlopoulos (en allemand)
Office de presse et d'information du gouvernement fédéral : saluer les signaux positifs, approfondir de bonnes relations (en allemand)

Retour en haut de page