Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

L’Allemagne médiatrice lors de la COP24

13.12.2018 - Article

L’Allemagne conduit les débats sur les aides financières accordées aux pays les plus pauvres lors du sommet sur le climat de Katowice.

Le secrétaire d'État allemand à l'Environnement, Jochen Flasbarth
Le secrétaire d'État allemand à l'Environnement, Jochen Flasbarth© dpa

L’Allemagne remplit un rôle de médiatrice lors de la Conférence de l’ONU sur le climat, qui se déroule cette année à Katowice, en Pologne. Le secrétaire d’État allemand à l’Environnement, Jochen Flasbarth, a indiqué que l’Allemagne et l’Égypte mènent actuellement des discussions avec de nombreux représentants des quelque 200 pays représentés à la 24e Conférence de l’ONU sur le climat. Les pays bénéficiaires d’aides financières destinées à lutter contre le réchauffement climatique insistent pour que les riches pays industrialisés formulent leurs promesses de financement de manière transparente et contraignante et pour que ceux-ci soient tenus de rendre des comptes. À l’heure actuelle, il n’y a en effet pas encore de consensus sur les règles qui devraient s’appliquer à ce sujet. Le sommet climatique s’achèvera le 14 décembre 2018.

Les risques liés au réchauffement climatique, qui va entraîner plus de tempêtes, d’inondations et de sécheresses, ne sont pas répartis équitablement. De nombreux pays pauvres du Sud sont très touchés par le réchauffement climatique alors qu’ils émettent eux-mêmes peu de gaz à effet de serre.

Les pays riches se sont d’ores et déjà engagés à mobiliser 100 milliards de dollars par an entre 2020 et 2025 pour financer des mesures de protection du climat dans les pays pauvres. Selon Jochen Flasbarth, il s’agit également de déterminer comment poursuivre ce financement à l’horizon 2025 et s’il y a des modifications à apporter à la liste des pays bénéficiaires.

Les représentants des pays participants à la COP24 discutent cette semaine de la mise en œuvre de l’Accord de Paris sur le climat, qui prévoit de limiter le réchauffement terrestre à moins de 2 degrés Celsius. Avec l’industrialisation, la température moyenne à la surface du globe a déjà augmenté d’environ un degré Celsius par rapport à 1750.

Source : dpa ; traduction de Deutschland.de révisée par l’Ambassade d’Allemagne

Retour en haut de page