Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Une lueur d’espoir pour le Yémen

Coup d’envoi des entretiens au château de Johannesberg près de Stockholm

Coup d’envoi des entretiens au château de Johannesberg près de Stockholm, © picture alliance/TT NEWS AGENCY

13.12.2018 - Article

Les parties au conflit yéménite se réunissent pour la première fois depuis 2016 pour des négociations en Suède. L’Allemagne soutient les efforts de l’envoyé spécial de l’ONU Martin Griffiths.

Le château de Johannesberg près de Stockholm accueille depuis le 5 décembre dernier des entretiens entre le gouvernement du Yémen et les rebelles houthistes sous l’égide de l’envoyé spécial des Nations Unies, Martin Griffiths. C’est la première fois depuis l’échec des derniers pourparlers de paix au Koweït en 2016 que les deux parties se réunissent autour de la table de négociations.

Le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas s’est félicité de ces entretiens qui ont pour objectif notamment d’établir des mesures de confiance entre les camps opposés :

Après des années interminables qui ont vu des affrontements violents, une misère extrême et des fronts totalement durcis, ces pourparlers offrent enfin une première lueur d’espoir à la population du Yémen.
Une jeune déplacée interne yéménite devant sa cabane
Une jeune déplacée interne yéménite devant sa cabane© picture alliance/Hani Al-Ansi/dpa

Le ministre a remercié l’envoyé spécial de l’ONU Martin Griffiths d’être parvenu à réunir les parties au conflit et d’avoir créé ainsi une chance de relancer le processus politique. Les présents entretiens sont le fruit d’une longue et difficile phase de préparation et il était incertain jusqu’au bout que toutes les parties y participent réellement.

Cessez-le-feu et accès à l’aide humanitaire

Le principal objectif de cette rencontre en Suède est d’aborder des questions fondamentales afin de préparer le terrain en vue d’un processus politique : cessez-le-feu, retrait des antagonistes des régions les plus disputées, facilitation de l’aide humanitaire et échange de prisonniers.

Heiko Maas a incité les parties au conflit à faire preuve de discipline et a appelé la communauté internationale à soutenir les efforts de l’envoyé spécial de l’ONU :

Les jours passés ont alimenté des espoirs qu’il s’agit maintenant de ne pas décevoir. C’est pourquoi la pression sur tous les côtés doit être maintenue afin d’œuvrer en faveur d’un règlement pacifique du conflit. Il est essentiel, au nom de l’humanité, de mettre un terme à la souffrance, à la faim et à la mort. Les armes doivent se taire le plus rapidement possible.

L’Allemagne encourage les entretiens

L’envoyé spécial des Nations Unies Martin Griffiths et l’ambassadrice d’Allemagne pour le Yémen, Carola Müller-Holtkemper
L’envoyé spécial des Nations Unies Martin Griffiths et l’ambassadrice d’Allemagne pour le Yémen, Carola Müller-Holtkemper© Ministère fédéral des Affaires étrangères

L’Allemagne apporte son plein appui au travail de M. Griffiths, entre autres par des formats de dialogue entre les différents acteurs yéménites à l’échelle de la société civile. Après le coup d’envoi réussi des pourparlers, le gouvernement fédéral est prêt à soutenir activement avec les Nations Unies le processus de paix émergent. L’ambassadrice d’Allemagne pour le Yémen est également présente lors des entretiens au château de Johannesberg.

Avec la coordinatrice humanitaire des Nations Unies pour le Yémen, Lise Grande, l’Allemagne a établi un fonds destiné à accompagner l’évolution des pourparlers de paix à travers des projets concrets sur place. Pour ce faire, le gouvernement fédéral a d’ores et déjà mis à disposition un financement de démarrage à hauteur de 2,5 millions d’euros et annoncé une enveloppe supplémentaire de 2 millions d’euros pour l’année 2019.

Le gouvernement fédéral fournit un effort déterminant en matière d’aide humanitaire au Yémen, avec un montant total de 125 millions d’euros pour la seule année 2018 ; 39 millions d’euros sont déjà garantis pour l’année prochaine. Il encourage par ailleurs des projets de stabilisation et s’engage considérablement dans le domaine de la coopération au développement.

Retour en haut de page