Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Afghanistan : soutenir la voie de la paix

Heiko Maas à la conférence de Genève sur l’Afghanistan

Heiko Maas à la conférence de Genève sur l’Afghanistan, © Florian Gaertner/photothek.net

29.11.2018 - Article

Le ministre fédéral des Affaires étrangères prend part à une conférence internationale sur l’Afghanistan à Genève.

Depuis la fin du régime des talibans en Afghanistan, il y a 17 ans, la communauté internationale soutient le pays sur la voie d’une paix durable. Dans cet esprit, 70 États et organisations internationales se rencontrent à Genève les 27 et 28 novembre à l’invitation des Nations Unies et du gouvernement afghan pour une conférence sur les progrès actuels et l’appui à apporter à l’Afghanistan. L’Allemagne y est représentée par son ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas.

Des avancées porteuses d’espoir pour la paix

Sur la voie difficile de la paix, le gouvernement afghan peut se prévaloir de certains succès encourageants malgré la situation sécuritaire tendue. En février 2018, le gouvernement du président Ashraf Ghani a proposé des pourparlers de paix sans conditions aux talibans. Au mois de juin, les armes se sont ainsi tues pendant trois jours pour le premier cessez-le-feu depuis longtemps. Un scrutin législatif s’est également tenu en octobre 2018 sous l’entière responsabilité du gouvernement afghan, ce qui constituait une première. Et malgré les nombreux attentats et les tentatives d’intimidation, quantité d’électeurs et d’électrices ont fait usage de leur droit de vote. Les 250 sièges de la chambre basse du parlement ont été disputés par dix fois plus de candidats, dont un grand nombre de jeunes femmes éduquées.

La paix est entre les mains des Afghanes et des Afghans

Le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas avec le président afghan Ashraf Ghani
Le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas avec le président afghan Ashraf Ghani© Florian Gaertner/photothek.net

Le futur soutien au processus de paix et de réforme de l’Afghanistan est donc un sujet central de la conférence de Genève. Tous les participants sont bien conscients qu’une paix durable est en fin de compte entre les mains des Afghanes et des Afghans eux-mêmes. C’est pourquoi l’ensemble des acteurs et des groupes concernés doit être considéré à sa juste place.

Avec d’autres pays, l’Allemagne lie son futur soutien à l’Afghanistan à la mise en œuvre de réformes internes : poursuite résolue d’une gouvernance démocratique, lutte contre la corruption et respect des droits de l’homme en font partie. L’expérience des élections législatives doit être mise à profit pour le scrutin présidentiel prévu en avril 2019 afin notamment de combler les lacunes constatées. C’est la seule manière de renforcer la confiance de la population dans les structures et les procédures démocratiques.

Heiko Maas réclame des avancées concrètes dans le processus de réforme

En ouverture de la conférence, le ministre fédéral des Affaires étrangères a souligné la volonté de l’Allemagne de poursuivre son vaste engagement pour l’Afghanistan. Pour accompagner ce pays sur la voie de la paix, il faut lui assurer un soutien au long cours et une coopération multilatérale. S’il a tenu des propos élogieux sur l’initiative du président Ghani pour la paix, le ministre a aussi réclamé des « avancées concrètes dans le processus de réforme ». L’Afghanistan a besoin d’un gouvernement qui « inclue autant que possible tous les groupes sociaux », a-t-il estimé. Il a finalement rappelé que seule une solution politique pouvait résoudre le conflit en Afghanistan.

Pour plus d’informations :

Allocution du ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas lors de la conférence ministérielle de Genève sur l’Afghanistan (en anglais)

Retour en haut de page