Willkommen auf den Seiten des Auswärtigen Amts

Sans la mémoire, pas d’avenir : mémorial inauguré au Bélarus

Le président fédéral lors de l’inauguration du mémorial près de Minsk © dpa

Le président fédéral lors de l’inauguration du mémorial près de Minsk, © dpa

02.07.2018 - Article

Le président fédéral Frank-Walter Steinmeier a inauguré vendredi (29 juin) le mémorial de Blagovchtchchina, en tant que partie intégrante du complexe mémoriel de Maly Trostenets au Bélarus.

Le ministère fédéral des Affaires étrangères a permis une assimilation transfrontalière de l’histoire du site et cofinancé la construction du mémorial.

Avec l’inauguration du mémorial de Blagovchtchchina/Trostenets, le plus grand centre d’extermination de l’ex-Union soviétique figure désormais sur la carte des lieux de mémoire européens. Ce n’est qu’au cours des dernières années que le gouvernement fédéral a pu commencer à assimiler le passé avec le Bélarus et aplanir ainsi la voie d’une mémoire commune. Frank-Walter Steinmeier a inauguré le mémorial vendredi (29 juin) en compagnie du président du Bélarus, Alexandre Loukachenka, du président autrichien, Alexander van der Bellen, et du président du sénat tchèque, Milan Štěch. Ce site est destiné à être un lieu d’apprentissage pour les générations futures et à donner des impulsions au dialogue. Le ministère fédéral des Affaires étrangères accompagnera de près ce processus.

Garder la responsabilité vivante

Le président fédéral lors de l’inauguration du mémorial près de Minsk
Le président fédéral lors de l’inauguration du mémorial près de Minsk© dpa

Lors de l’inauguration du mémorial dédié aux dizaines de milliers de Juifs et de résistants assassinés au Bélarus, M. Steinmeier a mis en garde de ne pas occulter les crimes nazis : « Aujourd’hui, la responsabilité consiste à garder vivant le souvenir de ce qui s’est passé ici. Je vous assure que nous défendrons également cette responsabilité face à ceux qui prétendent qu’elle a été acquittée vu le temps qui s’est écoulé depuis. » Les projets de construction d’un mémorial ont pris forme en 2013 seulement lorsque le gouvernement bélarussien a passé commande à la ville de Minsk pour qu’elle érige le complexe mémoriel de Maly Trostenets. Le ministère fédéral des Affaires étrangères a fourni des ressources à hauteur de 500 000 euros pour la construction ; d’autres fonds proviennent du Service pour l’entretien des sépultures militaires allemandes (SESMA) et de dons venant d’Allemagne, entre autres de six villes allemandes dans lesquelles vivaient des Juifs qui avaient été déportés au ghetto de Minsk puis à Maly Trostenets.

Mémoire transfrontalière

Parallèlement au processus de construction, une commission germano-bélarussienne d’historiens a préparé l’exposition itinérante commune intitulée « Vernichtungsort Malyj Trostenez. Geschichte und Erinnerung » (Le camp d’extermination de Maly Trostenets. Histoire et mémoire), financée par le ministère fédéral des Affaires étrangères et présentée depuis novembre 2016 en Allemagne et depuis mars 2017 dans différentes villes du Belarus.