Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Conflit ukrainien : avancées après les négociations à Berlin

Les ministres des Affaires étrangères du format Normandie à Berlin

Les ministres des Affaires étrangères du format Normandie à Berlin, © Thomas Imo/photothek.net

13.06.2018 - Article

Les parties au conflit se sont mises d’accord sur des mesures pour désamorcer la crise et protéger la population civile.

La Russie et l’Ukraine se sont entendues sur différentes étapes en vue d’une désescalade du conflit au terme de négociations dans le format « Normandie » à Berlin. Heiko Maas, ministre fédéral des Affaires étrangères, avait invité ses homologues de Russie, d’Ukraine et de France lundi (11 juin) à Berlin pour faire avancer le processus de paix grâce à une nouvelle série d’entretiens. C’est la première fois depuis 16 mois qu’un cycle de négociation ramenait les ministres russe et ukrainien des Affaires étrangères à la même table.

Engagement sur le cessez-le-feu

Heiko Maas en compagnie de son homologue français lors des négociations à Berlin
Heiko Maas en compagnie de son homologue français lors des négociations à Berlin© Thomas Imo/photothek.net

À l’issue de la réunion, toutes les parties se sont engagées à respecter un cessez-le-feu durable et à retirer leurs armes lourdes de la zone de conflit. Les infrastructures civiles vitales telles que la station d’épuration de Donetsk doivent faire l’objet d’une meilleure protection. Des discussions ont également été prévues sur la création d’une mission de paix des Nations Unies.

« Nous le devons à la population »

La semaine dernière encore, Heiko Maas effectuait un déplacement dans l’Est de l’Ukraine. Les civils subissent des combats continuels depuis des années. « Nous devons à la population de tout mettre en œuvre pour faire avancer le processus de paix », avait alors déclaré le ministre sur place. Plus de 10 000 personnes sont mortes depuis le début des hostilités dans cette région. Des millions de personnes vivent dans des ruines. Des écoles et des hôpitaux sont détruits.

Dans la zone de conflit, l’Allemagne soutient les observateurs indépendants de l’OSCE. Ceux-ci surveillent le respect de l’accord de Minsk. Dans ce document signé en 2014, les deux parties avaient entre autres convenu d’un cessez-le-feu.

Le processus de paix a besoin d’une nouvelle impulsion

Le ministre est convaincu que le processus de paix a besoin d’une nouvelle impulsion. « Tout l’enjeu est désormais de faire respecter les engagements pris », a soutenu M. Maas au terme des négociations. Pour soulager la détresse de la population dans l’Est de l’Ukraine, l’Allemagne continuera à apporter une aide humanitaire intense dans la zone de conflit. L’Allemagne et la France ont également proposé de participer au déminage de la région en mettant à disposition ressources supplémentaires et savoir-faire.

Retour en haut de page