Willkommen auf den Seiten des Auswärtigen Amts

Développer une solution pour la Syrie : Heiko Maas rencontre la ministre canadienne des Affaires étrangères

Le ministre des Affaires étrangères Heiko Maas et son homologue canadienne Chrystia Freeland © Thomas Imo/photothek.net

Le ministre des Affaires étrangères Heiko Maas et son homologue canadienne Chrystia Freeland, © Thomas Imo/photothek.net

18.04.2018 - Article

La prochaine réunion des ministres des Affaires étrangères du G7 à Toronto est placée sous le signe du conflit syrien. Le ministre des Affaires étrangères, Heiko Maas, s’est concerté hier avec son homologue canadienne pour promouvoir une initiative diplomatique.

Le chef de la diplomatie allemande a rencontré, mardi 17 avril, au ministère fédéral des Affaires étrangères, son homologue canadienne, Chrystia Freeland. Le Canada accueille cette année le sommet du G7. Avant que les chefs d’État et de gouvernement ne se rencontrent en juin prochain au Québec, les ministres des Affaires étrangères des pays membres du G7 vont déjà se réunir ce week end à Toronto. Les problèmes internationaux les plus urgents figurent à l’ordre du jour. La recherche de solutions politiques au conflit syrien en particulier est inscrite tout en haut de l’agenda.

Rechercher le dialogue avec la Russie

Les deux ministres ont non seulement évoqué les relations germano-canadiennes mais aussi discuté intensivement des possibilités de promouvoir une initiative diplomatique pour mettre un terme aux souffrances en Syrie. « Nous sommes d’accord sur le fait qu’un processus politique doit être enfin mis en route », a déclaré M. Maas à l’issue de l’entretien. Il a ajouté que l’Allemagne entendait y participer pleinement et visait à rechercher le dialogue avec la Russie.

Autre sujet de premier plan : le conflit ukrainien

Lors de la réunion du G7, les ministres des Affaires étrangères devront également chercher des solutions pour régler le conflit qui subsiste dans l’est de l’Ukraine. Depuis le début de la crise, l’Allemagne soutient activement la médiation entre les parties au conflit. Heiko Maas a souligné qu’il fallait que tous les acteurs appliquent toutes les dispositions de l’accord de Minsk. Selon le ministre, une mission de paix sous l’égide des Nations Unies pourrait en outre contribuer de manière significative à détendre la situation.

Retour en haut de page